Réunion au Sénat le 20 juillet 2016 du groupe d’études Elevage : Audition des représentants d’Interbev

J’ai participé le 20 juillet, au sein du groupe d’études Elevage, à l’audition des représentants d’Interbev consacrée à la situation du marché de l’élevage.
Au cours de ces échanges nous avons fait le point :

- sur l’utilisation des 500 millions d’euros débloqués par l’Europe dont la France doit percevoir 49 millions d’euros, nous partageons l’objectif d’Interbev qu’une partie de ces fonds soit consacrée à la filière engraissement un peu fragilisée par la réorientation de la PAC.

- sur la spirale baissière des cours des bovins : pour pallier à cette tendance baissière plusieurs orientations doivent être fléchées. Ainsi il convient de tirer la consommation vers le haut dans la restauration collective ce qui peut avoir un impact économique important.
La question des garanties bancaires sur les marchés export a été ensuite abordée en particulier en direction de l’Amérique du Sud et du Liban, là c’est le système bancaire français qui est en cause.
L’embargo à l’encontre de la Russie a toujours des effets néfastes pour l’exportation de nos productions bovines avec des conséquences indirectes car des pays comme la Pologne et la Lituanie ont dirigé leurs exportations vers des pays tiers en concurrence avec nos produits. Une fois encore nous avons déploré le maintien des sanctions économiques contre la Russie.
J’ai été ensuite interpellé sur la question des exportations vers la Turquie car en 2015 ce sont plus de 70.000 broutards qui avaient été achetés par la Turquie ce qui avait permis le maintien des cours. J’ai indiqué que suite aux évènements survenus en Turquie (coup d’Etat militaire) et à la politique menée par le gouvernement français vis-à-vis de la Turquie, il ne fallait pas s’attendre à un déblocage rapide de la situation.

- sur la question des messages « anti viandes » dans les médias et réseaux sociaux : nous avons condamné l’offensive médiatique lancée contre l’élevage et la production animale, en particulier par VEGAN et d’autres associations. Des messages divers mais ayant la même origine ont pour objectifs de dissuader nos concitoyens de manger de la viande. Ces messages ont pour thèmes principaux : la protection de l’environnement, le risque de cancer, le bien-être animal.
Ces campagnes médiatiques sont orchestrées sur la base d’informations le plus souvent non fondées voire totalement erronées. Un exemple est très illustratif : l’utilisation de l’information émanant voici plusieurs années de la FAO selon laquelle la production d’un kilo de viande nécessiterait 15.000 litres d’eau, absurdité car ce chiffre concernait l’eau de pluie tombant sur les prairies ! Voilà comment on manipule l’opinion publique pour écarter nos concitoyens de la consommation de viande !
Conclusion continuez à manger de la viande produite par nos agriculteurs.

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Agriculture. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.


Laisser un message privé au Sénateur à propos de cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>