7 janvier 2011 – Visite du Ministre de la Justice à la Maison d’Arrêt d’Aurillac

Toute polémique sur le point de savoir qui a fait venir le Ministre de la Justice à Aurillac est puérile. Ce qui importe, c’est l’action des uns et des autres et la volonté de faire face à un déménagement des territoires.
Prévoyant les difficultés, j’avais fait venir le 26 octobre 2009 une délégation de la Commission des lois du Sénat, présidée par mon collègue Jean-René LECERF, rapporteur de la loi pénitentiaire. Son rapport consécutif, joint au débat du projet de loi de finances 2010, démontrait l’excellente adéquation de la Maison d’Arrêt d’Aurillac à sa mission et ses résultats très positifs au niveau de la réinsertion. Elle y était qualifiée « d’exemplaire ».
Le 02 juin 2010, j’avais rencontré dans une démarche commune avec le député Vincent DESCOEUR, le Secrétaire d’Etat à la Justice Jean-Marie BOCKEL. Néanmoins, le 07 juillet 2010, Madame ALLIOT-MARIE, Ministre de la Justice, décidait sans aucune concertation de la fermeture de cette prison à échéance 2015.
Suite à une demande de rendez-vous sollicitée par Monsieur DESCOEUR, Madame ALLIOT-MARIE le recevait le 27 octobre 2010, ainsi que le  Maire d’Aurillac Alain CALMETTE et moi-même. Elle nous informa qu’elle enverrait un membre de son cabinet sur place pour évaluation.
Suite au remaniement ministériel, Michel MERCIER nommé Garde des Sceaux rencontrait le Député Vincent DESCOEUR et m’indiquait lors du débat au Sénat sur le Budget Justice qu’il allait venir à Aurillac. 
C’est fait : il a visité la Maison d’Arrêt d’Aurillac et a annoncé la suspension de la décision de fermeture. Comme cette décision était à effet 2015 ce n’est pas l’essentiel. Il sera hélas toujours temps d’y revenir !
Par contre, il a averti d’un audit : ses services considérant que la prison d’Aurillac n’était pas aux normes de la nouvelle loi pénitentiaire (comme la majorité des prisons françaises pourtant non menacées de fermeture et souvent en plus mauvais état),un chiffrage des travaux doit être réalisé dans les prochains mois . Au cours des échanges, le Directeur Régional de l’Administration pénitentiaire a indiqué qu’il avait déjà fait réaliser une estimation des travaux autour de 7 millions d’euros ….
La vraie question est de savoir si l’audit à venir est destiné à nous faire patienter jusqu’aux échéances électorales du printemps 2012 ou s’il s’agit d’un travail de fond destiné réellement à pérenniser l’établissement d’Aurillac.
Nous en avons assez de subir ces annonces négatives suivies de déclarations de sursis temporaire.
Après les Haras Nationaux, l’Institut Universitaire de Formation des Maitres (IUFM), avant de subir les annonces de suppressions de postes dans l’enseignement. Par-delà les différences de sensibilités et les démarches individuelles, c’est un front commun qui est nécessaire.

Cette entrée a été publiée dans Au service du Département, Communiqué de presse, Justice, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.


Les commentaires sont fermés.